Accueil du site > Le musée

Le musée

Contenu de la page : Le musée

Historique du site

Avant d’être un Musée, le site abritait une usine de faulx. De 1848 à 1983, c’est notamment l’opération du platinage de l’outil qui y était pratiquée. Cette étape permettait de donner au couteau sa largeur presque définitive et sa forme. Le martinet hydraulique ainsi que l’aiguiserie sont encore visibles aujourd’hui dans l’ancien atelier. Des logements ouvriers se trouvaient également dans le bâtiment du Foultier.

A voir

La reconstitution de la salle de classe

N’avez-vous jamais connu ces bureaux ? Ces plumes et cette encre ? Ou encore ce tableau avec cette odeur de craie ? L’atmosphère écolière du 19e siècle est ici bien présente.

Le reportage photos de Philippe Hervouet

Ces images sont le témoignage d’un patrimoine industriel exceptionnel à Pont Salomon. Elles ont été réalisées entre 1997 et 1999 par Philippe Hervouet, auteur photographe.

L’exposition des outils et des objets de l’époque

La visite du Musée se poursuit dans la salle où sont exposés différents modèles de faulx fabriqués à Pont Salomon mais également d’autres outils et objets ayant appartenu aux usines Dorian : limes, faucilles, catalogues, diplômes, machines à écrire… Vous y découvrirez également les différentes étapes de fabrication de la faulx. Lien vers croquis des différentes étapes.

Le film « Au Fil de l’Eau »

Vous assisterez ensuite à la projection du film « Au Fil de l’Eau » qui vous présentera l’histoire de la faulx et les différents éléments du patrimoine industriel que l’on peut découvrir à Pont Salomon.

L’ancien atelier

C’est ici que la visite prend tout son sens puisque c’est ici que de 1848 à 1983 les faulx étaient fabriquées. C’est notamment l’étape de platinage de l’outil qui y était pratiquée. Elle permettait de donner au couteau sa largeur presque définitive ainsi que sa forme. Lors des visites guidées ou d’évènements organisés, il est possible d’assister à des démonstrations. Le martinet hydraulique fonctionne en effet encore aujourd’hui.

Téléchargements

Texte de Philippe Hervouet
mai 2012
PDF - 132.2 ko
Télécharger